Souvenirs d’un couple d’antiquaires Bressans

13 Jan 2023

Dimanche 22 janvier, De Baecque et Associés dispersera aux enchères l'importante collection d'un couple d'antiquaires bressans.

Maxime Seigler (1932-2020) et son épouse Marie Seigler (1936-2022) appartiennent à cette génération d’antiquaires qui a connu l’âge d’or de la brocante et de l’antiquité. Devenu antiquaires par hasard, ils commencent modestement. Maxime Seigler a à peine 18 ans quand il devient vendeur de vanneries, de peaux de lapin et de crin de cheval à la fin des années 50. C’est une époque de l’après-guerre ou on manque de tout et il fait du « porte à porte » pour offrir sa marchandise. À cette occasion il récupère des vieilles chaises, une porte d’armoire ou une serrure rouillée : c’est donc par la récupération de matériaux que les Siegler vont être entrainés sur le chemin de l’antiquité.
La réussite venant à force de travail, le couple achète une ancienne ferme à Bantanges qui deviendra la maison familiale et le premier magasin où ils vendent leur collection d’antiquité.
Tout en gardant la maison d’origine, ils s’installent dans les années 70 sur la route de Bourg-en-Bresse et ouvrent « Chez Maxime » qui va devenir le passage incontournable pour tous les amateurs de brocante et d’antiquité qui passent en Bresse. Les inconnus comme les personnalités défilent dans le magasin tels Gérard Depardieu, Patrick Bruel ou Hugues Aufray.

Après une vie entière dédiée à leur passion commune, le couple prend sa retraite en 2008. Ils retournent à Bantanges et comme tous les antiquaires de cette génération ils vivent entourés des souvenirs de toutes les « adresses » où ils ont trouvé des merveilles : pour chaque affaire on gardait le meilleur. Leur maison est un réel musée du Meuble Bressans avec les plus beaux spécimens d’armoires, de commodes et de pendules bressanes. Mais certains seront plus séduits par les bronzes de Barye ou les sculptures religieuses. Les amateurs de matériaux dénicheront des vases de jardins, des pierres de bassin ou de puits… Mais le péché mignon de Maxime Seigler était incontestablement les voitures à cheval ou à moteurs : d’autres préféreront donc partir en Hotchkiss de 1949 ou en cab de docteur à cheval.
À la demande de leurs héritiers, De Baecque & Associés organise donc la dispersion de cette collection. Les amateurs pourront visiter la maison dont la visite virtuelle est déjà disponible en ligne, la vente se tiendra ensuite dans une grange attenante où se retrouveront le temps d’une vacation tous les amateurs pour des batailles d’enchères. Retrouvez plus d’information sur le site internet.

Retrouvez plus d’information sur le site internet.
https://www.debaecque.fr