Les antiquaires doivent rester fermés, pas les maisons de vente

16 Avr 2021

Les antiquaires doivent rester fermés, pas les maisons de vente. Le Conseil d'Etat a rejeté la demande introduite par le Comité des galeries d'art, demande à laquelle s'était joint le Syndicat National des Antiquaires (SNA).

L'incompréhension est grande du côté des antiquaires après le rejet de la demande en référé devant le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative. "Pourquoi le Conseil d'Etat n'a pas demandé la fermeture des maisons de vente, alors que le juge note qu'il y a une distorsion de concurrence entre les antiquaires et les maisons de vente ?", s'interroge Michel Géraud, responsable juridique du SNA et antiquaire lui-même.

Délai de rétractation ?

Pour Michel Géraud, "Si l'on ferme, tous les acteurs du marché doivent être fermés; si l'on ouvre tous les acteurs du marché doivent être ouverts". Il ajoute : "il y a des dizaines de personnes à Drouot, croyez-vous que c'est conforme à l'argument sanitaire indiqué dans le jugement ?". Pour le professionnel expérimenté qu'est Michel Géraud, "il va falloir une réforme pour qu'existe une égalité de traitement entre tous."

On pourrait également se demander pourquoi les maisons de ventes veulent rester ouverte alors qu'elles peuvent travailler exclusivement sur Internet. La réponse est simple. Si la vente se tient exclusivement sur Internet, l'acheteur dispose d'une possibilité de rétractation durant un délai de 15 jours. En effet, ladite vente sera considérée comme étant par correspondance ou sur catalogue, au sens légal de ce ces expressions. Dès lors que l'enchérisseur a la possibilité d'aller vérifier directement sur place, il perd son droit de rétractation. La maison de vente pourra toujours lui réponde : "vous n'aviez qu'à venir voir". A noter que les ventes aux enchères dites "on line" permettent souvent, du moins en théorie, de prendre rendez-vous.

Monsieur Géraud parle de "distorsion commerciale phénoménale et de situation scandaleuse". A noter que, contrairement aux commissaires-priseurs, les antiquaires dépendent du Ministère de la culture et comme chacun le sait leur ministre était gravement malade du coronavirus... En attendant, on évoque, sous condition, la date du 15 mai, pour une réouverture.